Abandonné pour s'abandonner

Jésus : « Père pourquoi m’as-tu abandonné ? »

 

Dans notre propre recherche intérieure où est notre regard ?

 

Le regard qui pointe vers l’objectif d’une quête de transformation est un regard qui investit  le futur dans le présent. Ce futur est une pensée qui conceptualise et ajourne la sensorialité et l’écoute du regard vivant  intérieur.

Le cherchant utilise ce regard extérieur d’un point de vue pédagogique. Comme le miroir qui guide la main de la femme qui se maquille.

Dans l’art traditionnel, le mouvement est intérieur et sans attente de réussite. Ce qui se prolonge à l’extérieur est une expression de la vie dont la racine s’ancre dans une totale absence de vouloir réussir. En calligraphie, la première leçon est d’accepter qu’il n’y aura aucune possibilité d’arriver à faire quoi que ce soit dans cet art. En se dégageant de toute coloration mentale, le geste devient vivant, il est un souffle.
 
Jésus : « Que ta volonté soit faite »

 

Quand je n’ai plus aucune prétention, plus aucune demande, plus aucun délire psychologique de me croire par ma complaisance. S’ouvre alors la voie d’une disponibilité à l’écoute, d’un abandon total à ce qui est.

Notre énergie n’est plus en direction de, elle retourne et se tient en notre centre, prête à remonter en direction des étoiles.

Le cherchant n’est révélé que parce qu’il est trouvé par la vie dans l’acceptation de rien trouver et de rien être.

Merci à celui qui m'a transmis cette clef.