Espoir

J’ai mille fois pensé être différent.
J’ai mille fois pensé savoir.
J’ai cru avoir.
Toutes ces années de désir, de passions, de chance.
Quand le souffle s’est tu, tout a disparu.
Rien n’existe qui puisse s’obtenir,
Ne rien être, ne rien avoir, c’est être tout et ne rien perdre.
La vie est une source fragile et tenue. Elle nous abreuve d’une conscience immortelle et d’une personnalité éphémère.
Long semble être les jours pour construire, là ou un battement de cil ordonne le temps de la disparition.
Je suis mon propre amant. Désirant de ne plus « désirer » l’autre comme un mirage d’un bonheur total.
L’amour est un feu ou les amants se retrouvent devant le foyer d’un espace sans attente.
Le feu s’éteint si je n’ai chaud que de l’autre. J’entretiens la chaleur de l’aimé en acceptant de voir que mon cœur s’embrase sans l’amant. 
« Amant sans objet. »
Ma mélancolie est le rapace charognard qui œuvre en le cœur de celui qui s’est déserté.
Mourir à la peur d’être. Ni plus ni moins que tous les autres. Nos souffrances sont les mêmes pour tous, chaque humain heureux est ma propre joie, chaque homme et femme vivants sont ma propre vie.
Rien ne s’éteint pour celui qui n’est pas séparé.

 

- Rémy 2013 - tantrisme.org -