La joie éprouvée dans l'expérience de l'autre

© Forgiss - Fotolia.com
© Forgiss - Fotolia.com

70/ O Maîtresse des Dieux ! L’afflux de la félicité se produit même en l’absence d’une énergie (femme), si l’on se remémore intensément la jouissance née de la femme, grâce à des baisers, des caresses et des étreintes.

Dans le Vijnana Bhairava Tantra, une des méthodes d’expansion de conscience, propose de retrouver la joie éprouvée dans une relation homme/femme aussi en l’absence de l’autre.

La félicité émane de notre centre. Elle née et rayonne du réveil de la Kundalini.

Dans cette rencontre, les Tantrikas ont observé que ce réveil peut prendre appui sur une énergie un peu plus densifiée, qui est l’énergie sexuelle ; incluse dans notre corps depuis la libération de l’onde nuptiale émise par le couple céleste. D’une manière fonctionnelle, le corps répond aux stimuli sensoriels et émotionnels de la rencontre de l’homme avec la femme. L’énergie, l’intention et la disponibilité du couple enclenche le baratement de l’énergie sexuelle.

Ce qui était endormi, commence à se réveiller doucement.

Une des propositions du Tantra est de rester disponible à ce réveil (Energie sexuelle) sans y investir quoi que ce soit de plus. Cette disponibilité induit une non dispersion au mental.

Ne rien revendiquer, ne rien imaginer, ne rien penser obtenir de plus ou de moins.

Et si votre mental vous entraine dans la peur de ce que sera demain après cette rencontre, que ce soit avec votre femme/mari, avec votre amante/amant ou avec vous-même, laissez-vous traverser par cette peur… c’est la vie. Vous n’êtes pas la peur. L’émotion qui surgie dans cette expérimentation et qui vous semble peur c’est profondément la joie. La joie de s’autoriser à vivre sa peur en se libérant de l’image phantasmatique qu’elle sera toujours là. C’est la pensée qui conserve, pas vous. Vous n’êtes pas pensée, vous êtes bien plus. C’est un abandon.

En mobilisant l’énergie sexuelle grossière, tout en restant disponible à nous même, sans s’évader dans un imaginaire, on trouve une joie intense. Un afflux de félicité. L’énergie dans sa libération se transforme en énergie plus subtile. L’harmonie au langage Divin se propage dans toutes les directions de l’Univers, comme en direction et depuis votre centre.
Par cette présence, on rentre dans une forme de transformation et dans notre transformation on participe à la transformation de la relation.

Une résonance ou j’abdique totalement au non vouloir.

Sans prétention, l’homme et la femme deviennent disponibles à la joie et à la surprise dans une non-anticipation. Tout élément de jouissance qui, une fois dépossédé de l’imaginaire et du mental, peut amener à une expansion de conscience.

Que j’expérimente une sexualité naturelle, sociale ou Tantrique, tout est bon. Laissez-vous surprendre dans une non attente, plutôt que tenter d’investir un imaginaire dans une relation Tantrique, Spirituelle ou Sacrée. C’est des images, des concepts qui veulent tous dire et rien dire.

Dans "vouloir", je suis en tension, dans la tension je suis dispersion. Je quitte mon centre.

Quand ma femme ou mon mari, n’est plus disponible, je reste dans la félicité éprouvée sous ses caresses.
Quand ma maîtresse ou mon amant n’est plus disponible, je reste dans la félicité éprouvée sous ses caresses.
Quand ma compagne ou compagnon n’est plus disponible, je reste dans la félicité éprouvée sous ses caresses.

Une fois le serpent réveillé, toute liberté vient de moi, toute liberté est aussi une absence de croire en la liberté. Il n’y a plus rien à croire.
La félicité se produit en permanence sans qu’il y ait une seule cendre. C’est un feu vital qui brûle sans rien consumer.