Mantra ou énergie sexuelle ?

 

 

L’homme dans son incarnation, est soumis à toutes sortes de forces qui tentent à le disperser sur le plan de la manifestation, mais aussi sur l’ensemble des multiples états de l’être. On peut considérer que le tantra, ou la pratique du Tantrisme, peut nous aider à construire un chemin ou un médium intérieur.

 

Ce médium ou chemin, est un fil d’Ariane qui unifie tous les constituants primordiaux de l’Univers, manifesté en le souffle de Brahman. Shiva et son énergie Shakti ont enfanté le monde. Le souffle de Brahman, pure volonté du Soi, fit naître toutes les énergies, qui, de proche en proche, ont perdu de leur vibration (Spanda) et se sont densifiées jusqu’à devenir matière.

Bon nombre de Traditions qui ont un alphabet sacré, partagent l’idée que la forme la plus sensible de cette prononciation divine, qui créa la manifestation, se figea en dernier lieu dans les lettres de leurs alphabets.

 

Le Sanskrit, comme dans toutes les langues traditionnelles qui véhiculent des arcanes liés à la connaissance, pratiquent: les mantras, prières ou formules magiques. Ils détiennent une forme de pouvoir tant soit peu qu’ils soient activés par la vibration contenue dans la voix de l’homme. Ce pouvoir qui prend également appui sur la parole originelle du démiurge dont elle dépend. Plus qu’une dépendance c’est une prise directe avec l’origine du tout.

 

Cette première parole qu’on peut mettre en parallèle avec le verbe créateur des Chrétiens, démultiplia l’unité en phonèmes-vibration, pure énergie de connaissances. Elles contenaient toutes les dimensions de toutes les sphères célestes créées de ce son origine. Le Mantra OM est une identification à l’harmonie céleste.

 

Cet état vibratoire originel n’est plus spontanément accessible à l’homme moderne. Il n’est qu’un vague écho d’une résonnance par trop lointaine pour qu’il y fasse attention.

 

Le Mantra est un outil formidable pour transcender l’être, mais pour pouvoir obtenir la parole juste, au moment, juste dans un lieu juste et s’ouvrir à la libération, il est indispensable de manier une langue sacrée et d’y être socio-culturellement proche. Pour nous occidentaux, il est extrêmement compliqué voire caduque de pratiquer les Mantra Sanskrit.

  

Dans la pratique du Tantrisme influencé des lègues Hindou, nous avons donc plus d’affinités à travailler sur la Kundalini. Cette énergie n’est pas affectée par les régionalismes culturels ou les époques sociales. Elle est aussi l’énergie primordiale du Soi lovée et logée en tout homme. Quand elle se dresse et nous inonde de félicité en la réception de l’Esprit, nous sommes axe de tous les mondes réunifiés.

 

Chaque homme est une arche d’alliance en communication directe avec les étoiles.

 

Le toucher et l’énergie sexuelle est un bien commun à toute l’humanité. Ils se désengagent aussi des spécificités sociaux culturelles, la caresse, comme l’orgasme, nous rendent universellement très proche les uns des autres dans l’émotion ou la libération du conditionnement.

 

La mise en mouvement de l’énergie érotique et/ou sexuelle, peut déclencher à son tour un frémissement de la Kundalini. La voie tantrique rééquilibrera également le mental pour éviter une dispersion constante dans l’idée d’une séparation de l’homme au monde. A ce propos, l’idée de faire taire le mental peut vite devenir un contre sens. La force mentale est à harmoniser comme les autres constituants de l’être. La base du Tantra est de ne rien rejeter.

Cette approche par l’énergie sexuelle peut nous amener à travailler sur le plan passionnel. Le double passionnel est un des nombreux constituants (doubles) de ce qu’on nomme l’âme.

 

Au niveau de ces doubles, l’orgasme « Physiologique » a aussi sa fonction même dans une démarche Tantrique. Il permet de consumer les résidus passionnels qui se nourrissent de notre énergie vitale.

 

Le tantra libère le corps-matière des conditionnements que nous nous sommes imposés sous la pression de l’environnement. Constitué de 4+1 essence, qui est l’arcane de la quintessence, le toucher va réactiver toutes ces essences en vue de cette libération.

 

Dans le cycle sombre dit du Kali-yuga, l’illusion et la matérialité sont à leur point maximum, les anciens nous ont transmis que dans ce cycle-là, seule l’illusion et la matérialité permettront le retour à l’Unité. Le tantra répond à cette question et fait aussi du corps un moyen de libération, voir le moyen.

 

Le toucher est, dans cette démarche, le sens qui peut nous transporter au-delà de l’illusion.

 

Cette trame est également un filet constitué de liens qui retournent à l’origine des temps. Les Tantra ont deux fonctions : l’une dans l’ampleur de l’homme l’autre dans la transcendance.

 

Rémy - Tantrisme.org - 2011