Pouvoir

© jolefantoni - Fotolia.com
© jolefantoni - Fotolia.com

Pour celui qui cherche sans demande, s’offre à lui  la voie de la réappropriation de son pouvoir. Ce pouvoir est notre liberté d’être. Par ce pouvoir le monde ne s’appréhende  plus comme un système dans lequel nous nous complaisons ou que nous rejetons.

 

Ces complaisances engendrent une fausse dynamique qui transforme la voie de la lumière en un sentier incertain empli de pénombre.

Cette fausse liberté est le résultat d’une recherche de tranquillité, qui nous fait nous  éterniser dans l’ignorance au risque de ne pas vivre notre ampleur.

 

Bien souvent, c’est la peur de la peur qui nous tient dans un état toujours tiède et mièvre rendant impossible l’embrasement du cœur.

Dans ce monde de la modernité, nous passons notre temps à trouver une place pour ce qui nous semble mauvais.  Le Tantrisme, embrasse l’ensemble de la manifestation comme un outil de connaissance sans rien « dualiser ». 

Cette vision n’exclut nullement les forces qui tentent de détruire la création car « in fine » elles participent de toute façon à la re-création du monde.

 

De plus, cette voie intègre aussi les actions fonctionnelles d’ordre sociales, qui supportent les valeurs éthiques et morales de nos sociétés.

L’homme est à l’image de son regard de chair, il discrimine en permanence et tend vers l’obtention d’un résultat.

Cette discrimination est une séparation qui entraine inévitablement l’homme dans le monde de la multitude et de la quantité. Il s’opère ainsi une séparation de ses différents corps. Corps physique, corps mental, corps émotionnel, corps éthérique…l’homme primordial est ici épars dans ses constituants.

    

Pour  tout homme, avoir conscience du tumulte du monde c’est avoir conscience de son propre bruit intérieur. Celui qui nous fait discourir, juger, se disperser, dans le mirage du savoir et ainsi déserter le lieu où souffle l’Esprit… Et ce lieu est un espace de silence. Il est écoute de ce qui se cache dans le cœur spirituel de l’homme.

 

Loin de rejeter les bénéfices, le discours et du savoir qui sont, comme l’égo, des énergies qui circulent, source d’enseignement. Elles ne sont ni bonnes, ni mauvaises, mais concourent à une forme de mouvement, de dynamique dans le voyage intérieur. Notre travail est de les remettre à leur place. Ni plus ni moins.

 

Une des  problématiques de l’homme moderne est de ne pas tomber dans le piège, d’un remplacement pur et simple  de son âme spirituelle au profit d’une âme sociale et spéculative dont le mirage peut aussi l’entraîner dans une forme d’égo spirituel.

 

Si la peur est déterminante dans la vie de l’homme, le courage dans l’acceptation de cette peur est l’emblème de la voie de la conscience. Vivre cette peur est l’emblème de la voie du cœur.  Ce sont ces deux voies qu’il est possible d’expérimenter dans le Tantra.

 

Etre totalement disponible à cette peur et pouvoir la traverser sans savoir si elle aura une fin, sans avoir aucune assurance de quoi que ce soit.

 

C’est dans cet abandon et cette Foi que nos différentes essences vont s’activer pour s’harmoniser avec les forces cosmiques qui irriguent ce que nous sommes.

 

Tilopa disait : " Soyez comme un bambou creux pour que Dieu puisse jouer de sa musique "

 

Rémy - Tantrisme.org 2011 -